Appétits spécifiques pour certains aliments

Ressentez-vous parfois une envie marquée ou un intense besoin de manger certains aliments? Ces envies ou besoins peuvent être pour différents aliments, sans discrimination à l’égard de leur valeur nutritive. Autant des bananes, des fromages, un tournedos, des champignons ou de la tarte! À quelques reprises, je me suis demandée si ces envies étaient des caprices ou de réels besoins physiques.

Karine_Gravel_appétits-spécifiques.jpg

Avant d’aller plus loin, j’aimerais préciser que je considère les appétits spécifiques dans un contexte différent de ceux associés à une grossesse ou lors du suivi d’une diète amaigrissante. Lors d’une grossesse, les hormones sont responsables des changements liés au goût et la nutritionniste Stéphanie Côté a écrit un billet sur le sujet. Lors du suivi d’une diète amaigrissante, les rages alimentaires sont plutôt la conséquence de la privation. J’aime tellement le sujet de la privation que j’en ai consacré plusieurs pages de ma thèse de doctorat, alors ce sera certainement l’objet d’un prochain billet.

Le pamplemousse et le sel

Un premier exemple d’appétit spécifique est celui pour le pamplemousse. Au mois de juin dernier, je me suis fait une blessure nécessitant des points de suture au genou. Le lendemain et les jours suivants, j’avais un appétit spécifique de manger des pamplemousses. J’ai toujours aimé ce fruit mais pas au point de me déplacer péniblement à l’épicerie pour en acheter! C’est intéressant puisque le pamplemousse contient de la vitamine C, notamment reconnue pour favoriser la cicatrisation des plaies. L’apport nutritionnel recommandé en vitamine C pour une femme de 19 ans et plus est de 75 mg par jour et d’après le Fichier canadien sur les éléments nutritifs, un pamplemousse rose entier contient 94 mg de vitamine C. C’est parfait!

Un deuxième exemple d’appétit spécifique est celui pour le sel. Au moins d’août dernier, j’ai couru un marathon à une chaleur intense. Je ne suis pas attirée d’emblée envers les aliments au goût salé mais quelques heures après avoir terminé la course, j’avais envie de manger des frites salées, de la sauce salée, juste des aliments salés! Cet appétit spécifique pour le sel est demeuré jusqu’au lendemain de la course. Lors de la pratique d’un sport d’endurance, une sudation abondante peut entrainer une perte considérable de sodium. C’est ce que mon corps m’a indiqué.

Des besoins nutritionnels à combler

Les appétits spécifiques serviraient à combler une carence pour un nutriment particulier ou un besoin nutritionnel spécifique. Un appétit spécifique pour des aliments sucrés indiquerait un besoin en glucides et en énergie. Les glucides sont notre principale source d’énergie et se trouvent dans plusieurs aliments, notamment les fruits, les légumes, le pain, les céréales, de même que dans le lait et ses substituts. Un appétit spécifique pour les aliments salés indiquerait un besoin en certains minéraux ou acides aminés. Les acides aminés forment les protéines qui se trouvent notamment dans la viande, le poisson, les légumineuses, le tofu et les noix.

Des réactions instinctives du corps

Les appétits spécifiques sont instinctifs et inconscients. Autrement dit, je n’ai pas pensé avec ma tête qu’il était bien de manger de la vitamine C pour mieux cicatriser ma blessure ou de manger des aliments salés parce que j’avais éliminé beaucoup de sodium durant le marathon.

Je constate que la tendance actuelle est d'accorder une très grande place aux connaissances ou à certaines indications comme les étiquettes ou les logos, pour faire des choix alimentaires. Toutefois, mes exemples du pamplemousse et du sel suggèrent que notre corps semble aussi capable de nous indiquer nos besoins nutritionnels en certains nutriments. Parfois, je crains un certain éloignement des besoins indiqués par notre corps.

Avez-vous tendance à respecter vos appétits spécifiques pour certains aliments?

Références

Bellisle F. Faim et satiété, contrôle de la prise alimentaire. EMC - Endocrinologie. 2005;2:179-97. Richardson P et coll. Personality traits in the context of sensory preference: a focus on sweetness. In: Handbook of Behavior, Food and Nutrition: Springer 2011.