Quatre bonnes raisons de ne pas avaler tout rond

Lors d’une évaluation nutritionnelle avec un nouveau client, je pose la question « Avez-vous l’impression de manger lentement, normalement ou rapidement? ». On me répond presque toujours « très rapidement » ou encore « incroyablement vite ». Même que c’est souvent par habitude et non par manque de temps...

Pourtant, prendre le temps de humer, goûter et savourer la nourriture possède plusieurs avantages pour la santé. Pour ce billet, je vous présente quatre bonnes raisons de ne pas avaler tout rond.

1. Satisfaire ses préférences alimentaires

Les caractéristiques des aliments sont perçues par nos cinq sens : la vue, le toucher, l’odorat, le goût et l’ouïe. Ce sont des merveilles physiologiques. Utiliser ses sens pour manger permet d’apprécier les aliments de façon globale, c’est-à-dire au-delà de leur valeur nutritive ou de leur contenu en calories. La dégustation permet ainsi de mieux respecter ses préférences alimentaires en choisissant ses aliments par goût et non parce qu’on les juge « bons » ou « mauvais » pour la santé.

Pour vous concentrer sur le plaisir des sens, je vous invite à utiliser l'outil Un repas plein de sens, développé par ÉquiLibre dans le cadre de la Journée internationale sans diète.

2. Cesser de manger au moment idéal

Le plaisir de manger existe avant même que l’aliment ne soit en bouche. Pensez à vos aliments préférés et vous vous mettrez à saliver… Manger un aliment qu’on aime diminue l’envie de continuer à manger. En fait, c’est la satisfaction ressentie qui amène à cesser de manger sans trop d’effort. Plus le repas avance, plus le plaisir diminue et plus la sensation de rassasiement augmente. Ainsi, être attentif au plaisir qui diminue permet de reconnaître le moment idéal pour cesser de manger.

3. Avoir un poids corporel plus stable

Si vous avez l’habitude de manger de façon contrôlée, vous risquez de ressentir des épisodes de rages alimentaires et de culpabilité. Vous avalez des calories supplémentaires et votre poids à tendance à varier davantage. À l’inverse, si vous mangez de façon plus ludique avec vos sens et sans aliments interdits, vous mangez davantage selon vos besoins à l’aide de vos signaux de faim et de satiété. Ainsi, votre poids corporel tend à demeurer plus stable.

4. Prendre le temps de manger

Déguster ses aliments nécessite de diminuer le rythme de sa prise alimentaire et je suis consciente que ce n’est pas toujours facile. On peut considérer que le fait de ralentir, c’est aussi une façon de prendre soin de soi et de traiter son corps en ami. Je propose de laisser le temps à notre cerveau, nos neurones, nos intestins et nos hormones de faire leur travail à un rythme décent afin de ne pas les épuiser. Après tout, nous ne sommes pas seulement des réservoirs de calories.

Alors avez-vous envie d’un goût sucré et salé, d’un plat chaud ou froid, d’un arôme légèrement piquant ou citronné? Avez-vous goûté un nouvel aliment ou cuisiné une nouvelle recette dernièrement? Fermez les yeux et tentez d’identifier vos besoins, vos préférences et ce qui vous apportera du plaisir en dégustant. 

Références

K. Gravel et coll. L'éducation sensorielle : quels bienfaits sur la relation avec la nourriture? Nutrition - science en évolution. Revue de l'Ordre des diététistes du Québec. 2015;13(2):20-23.

Gravel K et coll. Sensory-based nutrition pilot intervention for women. Journal of the Academy of Nutrition and Dietetics. 2014;114:99-106.

K. Gravel. Manger avec sa tête ou selon ses sens : perceptions et comportements alimentaires. Thèse de doctorat - Université Laval, 2013.