Des piments et des hommes

Connaissez-vous un homme plutôt viril et fier de manger des piments très piquants? Ou peut-être même que vous êtes cet homme? On ne pourra plus en rire naïvement, car il est scientifiquement démontré que les amateurs de piments sont aussi ceux qui ont des niveaux de testostérone plus élevés!

Afin de servir d’argument à d’éventuelles taquineries sur la virilité, voici mon billet scientifique, ludique et piquant à conserver précieusement.

Sensation piquante

Ça goûte piquant? Impossible! Le sens du goût ne détecte que le sucré, le salé, l’acide, l’amer et l’umami. Le piquant n’est pas un goût mais une sensation. La sensation piquante est nerveuse, c’est-à-dire qu’elle est ressentie via le nerf trijumeau qui innerve les muqueuses des yeux, de la bouche et du nez. C’est ce qui explique la tendance à pleurer ou à se moucher lorsque l’on mange un aliment piquant.

Pourquoi le piment pique?

C’est une molécule qui est responsable de la sensation piquante du piment : la capsaïcine. Cette molécule a la capacité d’irriter les cellules qui sont à la surface de notre bouche. Plus on mange piquant, plus on doit augmenter la dose de molécules piquantes pour arriver à produire le même effet, c’est le phénomène d’accoutumance à la capsaïcine.

Force du piment

Comment mesurer le degré piquant? On utilise l’échelle de Scoville qui nous renseigne sur la teneur en capsaïcine des piments. C’est au pharmacologue Wilbur Scoville que l’on attribue cette échelle empirique développée en 1912. Un poivron contient 0 unité Scoville, le piment d’Espelette contient entre 1500 et 2500 unités Scoville, alors que la capsaïcine pure contient 16 000 000. Je n’ose même pas y penser!

Piments et masculinité

Des sociologues ont remarqué que les personnes qui apprécient aliments épicés ont généralement des traits de personnalité associés au genre masculin, comme la recherche de sensations fortes. La testostérone, principale hormone sexuelle de l’homme, a aussi été associée à la préférence pour la capsaïcine. Des niveaux de testostérone plus élevés indiquent un penchant pour la nouveauté et des comportements plus téméraires.  

Testostérone et Tabasco®

Une étude française menée auprès de 144 hommes de 18 à 44 ans a démontré un lien entre le niveau de testostérone et la consommation de sauce Tabasco®. Toutefois, il reste maintenant à savoir si c’est le fait d’avoir un niveau de testostérone élevé qui fait qu’on aime davantage les piments ou si c’est le fait de manger davantage de piments qui augmente le niveau de testostérone... 

SURVIVRE AU PIQUANT

Que faire si notre bouche est « enflammée » en raison d’un abus de capsaïcine? Boire de l’eau ou de la bière ne fonctionnera pas car la capsaïcine est une molécule hydrophobe, c’est-à-dire qu’elle est insoluble dans l’eau. Par contre, le lait sera efficace puisqu’il contient une protéine - la caséine –  dont une partie de la structure est hydrophobe. Le truc : prévoir un verre de lait pour neutraliser la capsaïcine!

Pour conclure ce billet, je cite Paul Bloom, professeur de psychologie de l’Université Yale au Connecticut : « L’homme est le seul animal qui aime la sauce Tabasco ». J’ajouterai que ça fait aussi partie de son charme!

Ressources et références

Deux chroniques diffusées à l’émission de culture et d’actualité scientifique Futur simple à CKRL 89,1 : Pourquoi ça pique les piments? par Jean-Daniel Doucet et Valérie Levée à l’animation le 19 février 2015 et Piments pour hommes par Karine Gravel et François Grégoire à l’animation le 26 février 2015. Une conférence pour le collégial : La chimie, on en mange! par Jean-Daniel Doucet, chimiste qui s'intéresse à la capsaïcine. 

Törnwall O et coll. Why do some like it hot? Genetic and environmental contributions to the pleasantness of oral pungency. Physiol Behav. 2012 ;107 :381-9. Bègue L et coll. Some like it hot: Testosterone predicts laboratory eating behavior of spicy food. Physiol Behav. 2015 ;139 :375-7.