Photo : Joanna Kosinska/Unsplash

Cinq ingrédients pour améliorer sa motivation

Certaines choses me titillent les oreilles, comme les « il faut que… » concernant les habitudes alimentaires :

  • il faut que je mange plus de légumes;
  • il faut que je mange plus lentement;
  • il faut que je fasse attention;
  • il faut que je mange moins de chocolat;
  • il faut que je cuisine davantage.

Je suis à des années-lumière d’affirmer que ce ne sont pas de bonnes intentions. Toutefois, les « il faut que… » viennent souvent avec un sentiment de culpabilité et l’impression de ne jamais en faire assez.

Pour ce billet, je vous présente cinq ingrédients pour améliorer sa motivation.

|
Blogue 24 octobre 2018

1. Le choix

Qui est à l’origine de cette motivation à vouloir modifier cette habitude alimentaire? Si le choix de modifier une habitude provient de soi, c’est une condition gagnante. Exemple : je souhaite augmenter ma consommation de légumes parce que je me sens bien lorsque j’en mange. À l’inverse, si la motivation provient d’une autre personne, comme son conjoint ou le médecin, c’est risqué.

2. La compétence

Comment évaluez-vous votre capacité à modifier cette habitude alimentaire? Si vous vous sentez confiant et capable de modifier votre habitude alimentaire, c’est une condition gagnante. Exemple : je me sens capable de manger plus lentement, j’ai déjà réussi à le faire et j’ai des idées pour y parvenir. À l’inverse, si vous avez des doutes sur vos capacités, c’est hasardeux.

3. L’envie

À quel point avez-vous envie de modifier cette habitude alimentaire? Si votre envie est grande, c’est une condition est gagnante. Exemple : j’ai très envie de manger plus sainement et j’ai envie de me faire confiance. À l’inverse, si vous vous imposez de manger sainement pour éviter le jugement des autres ou parce que vous souhaitez éviter les reproches, c’est douteux.

Les « il faut que… » viennent souvent avec un sentiment de culpabilité et l’impression de ne jamais en faire assez.

4. L’affinité

Avez-vous pris soin de considérer vos valeurs et vos aspirations avant de vous attarder à modifier cette habitude alimentaire? Si vous vous sentez en accord avec cette nouvelle habitude, c’est une condition gagnante. Exemple : je préfère manger moins de chocolat parce que je sens que c’est important pour ma santé. À l’inverse, si la motivation n’est pas liée à vos aspirations, c’est problématique.

5. La qualité

Comment considérez-vous la qualité de votre motivation? Si vous ressentez du plaisir et une certaine satisfaction à modifier votre habitude alimentaire, c’est une condition gagnante. Exemple : je ressens du plaisir à cuisiner davantage avec de bons aliments de saison. À l’inverse, si vous ressentez de la pression à cuisiner vos repas pour éviter certains aliments interdits, c’est incertain.

Lors de votre prochaine épicerie, si le choix et la compétence sont à rabais, c’est le moment de faire des provisions! Pour améliorer votre motivation, je vous propose d’ajouter dans votre panier : l’envie, l’affinité et la qualité.

Je dois aussi vous aviser que les « il faut que… » possèdent une exception. Il est tout à fait acceptable de penser : il faut que j’arrête de dire « il faut que… ».

P.-S. On peut aussi régler le cas des « j’aurais dû » pour les transformer en « voici ce que je pourrais faire différemment la prochaine fois ».

Je remercie toutes les personnes qui ont généreusement partagé leurs « il faut que… » sur ma Page Facebook.

Flannery M. Self-determination theory: intrinsic motivation and behavioral change. Oncol Nurs Forum. 2017;44(2):155-156.

Teixeira PJ et coll. Motivation, self-determination, and long-term weight control. Int J Behav Nutr Phys Act. 2012;9(22).

Sur le blogue

Tous les billets
Blogue

Cinq effets secondaires de l'alimentation intuitive

Blogue

Défi 21 jours sans défi

Blogue

Si je n'étais pas si gourmande...

Lieux de consultation

En ligne

 

Centre médical Berger

 

Édifice Marie-Guyart