Photo : Dollar Photo Club

Une résolution alimentaire gagnante

Les débuts d’année sont plutôt fertiles en résolutions alimentaires de tous genres. Une résolution, c’est un acte par lequel, après réflexion, on décide volontairement d’accomplir quelque chose, comme perdre du poids avec une diète amaigrissante.

Si la résolution de perdre du poids avec une diète amaigrissante était gagnante, il ne serait pas nécessaire de recommencer à chaque année. Même qu’il n’y aurait plus de culpabilité suite aux tentatives répétées de perte de poids.

Pour ce billet, je vous propose cinq points à considérer afin d’adopter une résolution alimentaire gagnante.

|
Blogue 10 janvier 2015

1. La sensation de faim

Prendre l’habitude de se questionner sur son niveau de faim avant de manger permet d’être davantage conscient de ses besoins, puis de manger au moment idéal pour soi. « C’est toujours par la faim que commence un bon repas ». Cette citation de Jean Louis Auguste Commerson, écrivain et journaliste français, peut aider à se souvenir de se poser la question. Si on mange sans avoir faim, on tente d’identifier les raisons, plutôt que de se culpabiliser.

2. Les préférences alimentaires

Le fait de choisir ses aliments en considérant uniquement la valeur nutritive ou son poids corporel, risque de se faire au détriment du plaisir sensoriel. De quoi avez-vous réellement envie? Un goût sucré, salé, acide ou amer? Une texture dure, fibreuse, granuleuse, croustillante ou crémeuse? Une température chaude, froide ou glacée? Se nourrir selon ses préférences favorise notamment la confiance soi et une image corporelle plus positive.

3. Le plaisir des papilles

Pour cesser de manger au moment idéal pour soi, c’est-à-dire lorsque l’on se sent satisfait et rassasié, je suggère de prendre une petite pause durant le repas et de faire un test de goût : mes papilles ont-elles encore du plaisir ou si je continue de manger parce que j’ai de la nourriture devant moi? Plus le repas avance, plus le plaisir sensoriel diminue. Ce désintéressement de la nourriture indique la sensation de rassasiement.

C’est toujours par la faim que commence un bon repas.

4. La peur de grossir

Lorsque qu’une personne est préoccupée par les aliments et son poids corporel, le fait d’abandonner une situation de contrôle pour manger plus librement peut sembler insécurisant. C’est normal. Le fait de respecter davantage ses préférences, sa faim et son rassasiement s’apprend graduellement, il faut s’accorder du temps. À un moment, la privation et les rages alimentaires parviennent à s’estomper et c’est plus confortable.

5. L’écoute de soi

Pour la nouvelle année, je vous propose de tenter de mieux écouter vos besoins et vos préférences, afin d’améliorer vos comportements alimentaires à long terme. De l’aide professionnelle peut parfois être nécessaire. Les nutritionnistes sont les seules expertes reconnues en alimentation et en nutrition. Il existe aussi des professionnels de la santé avec une expertise sur la question du poids et de l’image corporelle. 🌷

Bacon L et coll. Weight science : evaluating the evidence for a paradigm shift. Nutr J. 2011;10:9.

Schaefer JT et coll. A review of interventions that promote eating by internal cues. J Acad Nutr Diet. 2014;114(5):734-760.

Van Dyke N et coll. Relationships between intuitive eating and health indicators : literature review. Public Health Nutr. 2014;17(8):1757-1766.

Sur le blogue

Tous les billets
Blogue

Top 5 des lectures estivales en nutrition

Blogue

Défi 21 jours sans défi

Blogue

La représentation de l'obésité

Lieux de consultation

En ligne

 

Centre médical Berger

 

Édifice Marie-Guyart