Photo : Kasia Sikorska/Unsplash

9 sortes de faim pour manger en pleine conscience

Quand on mange en pleine conscience, on dirige volontairement notre attention vers ce qui se passe à l’intérieur de nous, sans jugement ni critique. Ce n’est pas si simple.

Manger en pleine conscience, c’est faire confiance à son corps et se mettre à l’écoute, afin de percevoir ce qui nous fait sentir bien.

Pour ce billet, je vous invite à choisir un aliment et à l’explorer à l’aide de vos neuf sortes de faim.

|
Blogue 12 avril 2022

1. La faim des yeux

Prenez un moment pour regarder votre aliment, sa couleur, sa forme et sa texture. Afin de satisfaire la faim des yeux, on peut se demander ce qui fait la beauté d’un aliment. On peut aussi préparer un repas en pleine conscience comme si on s’invitait à manger. Autrement dit, on fait pour nous ce que l’on ferait avec plaisir pour nos convives. On apprête la nourriture de façon esthétique afin de nourrir nos yeux.

2. La faim du toucher

Tentez de manger certains aliments avec les mains, c’est-à-dire sans utiliser de couverts. On peut constater qu’il y a des aliments qui sont plus savoureux quand on utilise nos doigts. Le toucher ne se limite pas aux doigts, mais concerne aussi nos lèvres et notre langue qui sont sensibles aux textures de la nourriture. On peut explorer comment la faim du toucher modifie notre attention à la nourriture.

3. La faim des oreilles

Prenez un moment pour remarquer la façon dont le bruit active la faim des oreilles, comme le froissement d’un emballage ou le crépitement de la cuisson. Les sons peuvent modifier la perception des aliments. Par exemple, plus le son croustillant des chips est amplifié, plus on ressent du plaisir à les manger. Les mots utilisés par une personne qui décrit un plat peuvent aussi activer la faim des oreilles.

4. La faim du nez

Tentez d’identifier ce que l’odeur de l’aliment évoque dans votre corps. Prenez conscience de votre respiration, de même que des variations d’odeur avec l’alternance de vos inspirations et de vos expirations. La faim du nez peut nous séduire, je pense à l’odeur du café et à celle des oignons caramélisés. Sans l’odorat, on perd la subtilité des saveurs et les aliments peuvent nous sembler insipides.

5. La faim de la bouche

Prenez conscience des saveurs et des textures de l’aliment dans votre bouche. Afin de ressentir de la satisfaction provenant de la nourriture, notre esprit doit être présent à ce qui se passe dans notre bouche. Pendant que l’on mange, on peut faire plusieurs petites pauses pour évaluer l’évolution de cette sorte de faim. La mastication compte pour beaucoup dans la satisfaction de la faim de la bouche.

Manger en pleine conscience, c’est faire confiance à son corps et se mettre à l’écoute, afin de percevoir ce qui nous fait sentir bien.

6. La faim de l’estomac

Tentez de vous mettre à l’écoute de votre estomac pour faire des choix en fonction de sa sensibilité. Cela peut être une révélation, surtout si on a l’habitude de manger de façon automatique. Observez les signaux que votre estomac vous envoie lorsqu’il a faim. Ce qui satisfait la faim de l’estomac, ce sont les aliments souhaités que l’on ingère dans une quantité qui permet de se sentir confortable.

7. La faim des cellules

Prenez conscience de la façon dont votre aliment est absorbé par les cellules de votre corps. Cette écoute de la faim des cellules est l’aptitude la plus importante à acquérir en alimentation pleine conscience. Si on sait écouter notre corps, il peut nous renseigner sur ses besoins et ses appétits spécifiques. On peut diriger notre attention vers l’intérieur de soi et demander à notre corps ce dont il a besoin.

8. La faim de l’esprit

Tentez d’écouter ce que dit votre esprit au sujet de votre aliment. Ce discours intérieur débute souvent par « il faut » ou « il ne faut pas » selon ce qui alimente la faim de votre esprit. On préfère le juste milieu, ce qui signifie que l’on ne rejette aucun aliment et que l’on évite les extrêmes. Les aliments ne sont que des aliments. C’est lorsque la conscience occupe notre esprit que l’on peut ressentir de la satisfaction.

9. La faim du cœur

Prenez un moment pour considérer votre aliment avec bienveillance et tentez d’identifier ce que ressent votre cœur. Cette sorte de faim peut référer à une atmosphère ou une émotion évoquée par l’aliment. Ce bon souvenir a probablement imprégné votre aliment de chaleur humaine et de bonheur. Les aliments peuvent être nourrissants pour le cœur, surtout s’ils sont produits et cultivés avec amour.

L’alimentation pleine conscience demande de la pratique, alors c’est normal de répéter. Avec l’expérience, vous serez en mesure de nourrir votre corps, votre esprit et votre cœur, afin de manger en pleine conscience.

P.-S. Si les autres vous regardent, dites-leur que vous explorez vos neuf sortes de faim!

Sur le blogue

Tous les billets
Blogue

Cinq raisons de manger selon le principe du « good enough »

Blogue

Cinq faits concernant le nouveau Guide alimentaire canadien

Blogue

Top 5 des livres pour mieux prendre soin de soi et des autres

Livre

De la culture des diètes à l’alimentation intuitive

Services offerts

Consultations en ligne

Conférences

Formations